Evaluation – Projet panafricain de renforcement des structures de l’économie sociale et solidaire At GROUPE SOS Pulse


Présentation du projet à évaluer et de son contexte

Situation dans laquelle s’inscrit le projet

L’entrepreneuriat social constitue une réponse adéquate aux défis auxquels font face les pays africains puisqu’en proposant des solutions novatrices à des problèmes sociaux non résolus, il participe à des processus d’innovation sociale, largement portés par la société civile, et contribue directement à l’émergence d’une économie sociale et solidaire (ESS) dans les pays concernés.

Dans cette optique, l’Afrique du Sud, le Maroc et la Tunisie constituent des « laboratoires » idoines dans le cadre du projet. En effet, ces trois pays d’intervention rencontrent des enjeux similaires, notamment un taux de chômage important et des difficultés économiques et sociales fortes auxquelles l’entrepreneuriat social peut répondre.

On constate également de fortes inégalités de genre : bien que les femmes aient accès à l’enseignement supérieur (plus de deux tiers en Tunisie), elles sont souvent plus touchées par le chômage (seulement 26% de femmes actives en Tunisie ; 38% ont un travail rémunéré en Afrique du Sud) et sont sous-représentées dans les démarches de création d’entreprise (moins de 20% en Tunisie, seulement 10 à 12% au Maroc).

Dans l’ensemble des pays d’intervention, le secteur de l’ESS et de l’entrepreneuriat social (ES) tend à se développer en réponse à ces nombreux enjeux, malgré l’absence de cadre juridique et la difficulté d’accès aux financements. La dimension panafricaine du projet tient néanmoins compte des spécificités locales auxquelles sont confrontés les partenaires opérationnels.

Présentation des parties prenantes

  • GROUPE SOS Pulse

Créée en 2006, GROUPE SOS PULSE est une association à but non lucratif de loi 1901.

GROUPE SOS Pulse est la structure de soutien à l’entrepreneuriat et à la création d’innovations à impact positif du GROUPE SOS.

Grâce à ses outils méthodologiques, ses incubateurs, sa communauté d’experts et mentors et aux 35 ans de savoir-faire du GROUPE SOS, GROUPE SOS Pulse apporte un soutien sur mesure à celles et ceux qui innovent et entreprennent partout dans le monde pour relever les défis de notre planète.

L’association intervient aussi bien en France et en Europe que sur le continent africain avec une conviction : donner à tous, même les plus vulnérables, les moyens d’entreprendre permet de changer le monde.

GROUPE SOS Pulse est le coordonnateur principal du « Projet panafricain de renforcement des structures de l’Économie Sociale et Solidaire – Afrique Pulse ».

  • Le Laboratoire de l’économie sociale et solidaire (Lab’ess)

Le Lab’ess est l’incubateur de DSF Tunisie, association de droit tunisien créée en 2012 par Développement Sans Frontières (DSF).

Depuis sa création, le Lab’ess a formé plus de 1 000 associations sur tout le territoire national, a permis l’émergence ou le développement de plus de 60 projets d’entreprises sociales dont 50% portés par des femmes et a organisé plus de 90 événements autour de l’innovation sociale impliquant plus de 3 500 participants engagés. Le Lab’ess est régulièrement invité à débattre sur le sujet de l’ESS et est souvent mentionné par les Ministères concernés comme acteur de référence. Il a d’ailleurs participé, à l’époque, à l’élaboration de la stratégie ESS ainsi qu’à la consultation publique et aux réunions ministérielles en 2018 avant que la loi n’arrive à l’Assemblée des Représentants du Peuple

En se basant sur les retours de ses bénéficiaires et l’expérience de l’équipe, l’équipe du Lab’ess a co-construit le Projet avec les équipes de GROUPE SOS Pulse à Paris et en est l’un des partenaires opérationnels.

  • Bidaya

Bidaya est un incubateur créé en 2015 par GROUPE SOS Maroc, association de droit marocain.

Depuis sa création en 2015, Bidaya a accompagné plus de 250 projets à impact social ou environnemental, ayant développé des solutions innovantes répondant à des besoins réels et non-couverts de populations rurales ou vulnérables. Sur ces projets, dont +40% étaient portés par des femmes, 90% sont toujours en activité (à des degrés divers).

Les activités de Bidaya sont elles-mêmes déclinées en plusieurs pôles :

  • Bidaya Incub : accompagnement des projets à impact social ou environnemental en idéation ou en accélération ;
  • Bidaya Funds : accompagnement de projets à impact social ou environnemental vers le financement ;
  • Bidaya Space : sensibilisation à l’entrepreneuriat auprès du grand public et des publics vulnérables à travers des bootcamps, des événements et la participation active à l’écosystème ;
  • Bidaya Lab ;
  • Autres programmes de déploiement régional des activités Bidaya (Programme Alf Fikra, Caravane Orange Corners, etc.).

En se basant sur les retours de ses bénéficiaires et l’expérience de l’équipe, l’équipe de Bidaya a co-construit le Projet avec les équipes de GROUPE SOS Pulse à Paris et en est l’un des partenaires opérationnels.

  • Oribi Village

ORIBI Village est une non-profit company, créée en 2018 par GROUPE SOS Pulse.

L’incubateur propose des programmes d’accompagnement et de formation aux entrepreneurs du Cap et des townships avoisinants afin de :

  • Inspirer et sensibiliser à l’entrepreneuriat à impact social et environnemental dans le but de faire émerger les vocations et une force collective engagée ;
  • Connecter les idées et les actions individuelles pour opérer un tournant social et environnemental collectif ;
  • Soutenir le développement des projets d’entrepreneurs engagés pour une responsabilité sociale et environnementale.

Sur un total de 51 projets accompagnés, 50% ont vu une augmentation de leur CA et 60% ont été portés par des femmes entrepreneures.

En se basant sur les retours de ses bénéficiaires et l’expérience de l’équipe, l’équipe d’Oribi Village a co-construit le Projet avec les équipes de GROUPE SOS Pulse à Paris et en est l’un des partenaires opérationnels.

Descriptif du projet en cours et contexte

1. Historique du projet

Le présent projet s’inscrit dans la continuité du projet « LAB’ESS » développé depuis 2011 en Tunisie, qui visait un triple objectif : i) renforcer les organisations de la société civile (OSC) tunisiennes suite au Printemps Arabe ; ii) favoriser l’émergence d’entreprises sociales ; iii) contribuer à l’émergence d’un réseau des acteurs de l’ESS.

Fort de cette première expérience, GROUPE SOS Pulse a conçu, en 2017, un nouveau projet de soutien aux acteurs de l’ESS en Tunisie (avec DSF Tunisie), au Maroc (avec Bidaya) et en Afrique du Sud (avec IGALELO puis ORIBI Village), intitulé « LAB’ESS Afrique ». Après une première phase de mise en place des activités et de sensibilisation à l’entrepreneuriat social dans les trois pays d’intervention, le projet « LAB’ESS Afrique » a permis le renforcement des outils de travail et la professionnalisation des activités d’accompagnement. Le projet a pu bénéficier d’une maturité plus avancée de l’ESS dans les pays d’intervention, et a pu donner plus d’ampleur aux actions de plaid d’événementiel pour renforcer l’écosystème local. Ainsi, il a contribué à donner plus d’écho aux enjeux de l’ESS et de l’entrepreneuriat social au sein de la société civile.

La présente Phase souhaite capitaliser sur l’expertise accumulée depuis ces dernières années pour amplifier l’impact des actions menées dans les trois pays d’intervention et transmettre son savoir-faire à d’autres acteurs.

Le présent Projet a démarré le 01/01/2020 pour une durée de 3 ans.

2. Objectifs du projet

Objectif global : Contribuer au développement durable des acteurs de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) pour répondre efficacement aux défis socio-économiques et environnementaux des pays africains, notamment du Maroc, de la Tunisie et de l’Afrique du Sud.

Objectifs spécifiques :

  • OS1 – Poursuivre le développement de l’Entrepreneuriat Social (ES) dans les trois pays du Projet ;
  • OS2 – Consolider le positionnement des structures d’accompagnement comme des laboratoires d’innovation sociale ;
  • OS3 – Faciliter le changement d’échelle de chaque structure d’accompagnement.

Les résultats et activités sont détaillées dans la pièce jointe.

3. Rôle et participation des différents acteurs

Le pilotage, la préparation du plan d’action opérationnel et le suivi du projet sont opérés par GROUPE SOS Pulse, en partenariat avec l’ensemble des partenaires.

La mise en œuvre et le suivi opérationnel des activités sont assurés par les trois structures d’accompagnement locales : Lab’ess, Bidaya et Oribi Village, même si certaines actions sont à la charge de GROUPE SOS Pulse.

4. Présentation du mode de pilotage du projet mis en place

GROUPE SOS Pulse assure la supervision et la coordination de l’ensemble du projet, et a délégué la mise en œuvre opérationnelle de la majorité des activités du projet aux structures locales (cf. supra).

Des rendez-vous mensuels ont lieu entre la direction du Lab’ess, de Bidaya et d’Oribi Village (respectivement dirigés par Rachid Adibi, Wafaa Naim El Idrissi et Louis Prevost) et les équipes en charge du projet à GROUPE SOS Pulse permettant une remontée de l’information et des temps de réflexion stratégique réguliers. Les équipes du GROUPE SOS Pulse réalisent également plusieurs missions sur le terrain afin de pouvoir rencontrer les équipes locales, apporter son appui, et planifier les prochaines échéances du projet.

Outre son rôle de gestionnaire, GROUPE SOS Pulse apporte son expertise aux partenaires locaux (formation aux outils de pilotage et suivi budgétaire et opérationnel, appui méthodologique, etc.) et permet aux entrepreneurs sociaux des différents sites d’intégrer un réseau international.

2. Objectifs et méthodologie de l’évaluation

L’évaluation du projet se déclinera de la façon suivante :

  • Une évaluation du projet à mi-parcours, afin de faire un bilan des activités et réajuster le prévisionnel pour la tranche 2 du projet en fonction des résultats de l’évaluation ;
  • Une évaluation finale externe, réalisée à la fin des 3 ans.

Cette évaluation fait partie intégrante du processus d’apprentissage qui sous-tend le projet : elle doit permettre de renforcer les capacités des partenaires impliqués, par le biais de constats et recommandations objectives, adaptées aux besoins et contextes de chacun.

Elle devra s’inscrire dans la méthodologie et les objectifs suivants :

1. Justification / Objectifs de l’évaluation

Pertinence

L’évaluation porte tout d’abord sur la pertinence du projet :

  • Par rapport à l’évolution des besoins des porteurs de projets au Maroc, en Tunisie et en Afrique du Sud ;
  • Par rapport au positionnement de chacune des structures locales d’accompagnement et des groupes ciblés ;
  • Par rapport à l’écosystème de l’ESS dans chacun des pays du projet ;
  • Par rapport au contexte actuel, marqué par l’épidémie Covid-19.

Efficacité : atteinte des objectifs du projet

Les objectifs et les résultats attendus ont-ils été atteints, en termes quantitatifs et qualitatifs ? Quels sont les écarts existants ? Comment s’expliquent-ils ?

Pour l’évaluation des trois objectifs spécifiques du projet, une attention particulière devra être portée aux indicateurs de résultats renseignés, notamment pour les activités relatives à :

  • L’amélioration des supports pédagogiques ;
  • L’amélioration de la gestion et du suivi des porteurs de projets ; .
  • Le renforcement du caractère inclusif des promotions accompagnées ;
  • La portée et l’efficacité des politiques de plaidoyer ;
  • La consolidation des structures d’accompagnement.

D’autres indicateurs peuvent être mobilisés au cours de l’évaluation pour rendre compte de l’efficacité du projet, notamment dans le cadre de l’évaluation intermédiaire. Pour cette dernière, l’évaluation devra tenir compte de l’impact de la Covid-19 sur le programme d’activités prévisionnel de la Tranche 1 du projet.

En raison de la volonté des partenaires de mieux prendre en compte le genre dans le cadre du projet, l’évaluateur sera également invité à tenir compte des efforts fournis en la matière pour évaluer les résultats atteints, en dehors des objectifs quantitatifs fixés initialement. Il étudiera ainsi les mécanismes mis en œuvre pour intégrer la dimension genre dans les activités au quotidien du projet ainsi que les perspectives détaillées dans une feuille de route transmise à l’AFD en décembre 2020. , et apportera des recommandations afin d’’aboutir à une meilleure prise en compte du genre.

Efficience

Il s’agit de mesurer et d’analyser les moyens humains, techniques, financiers mobilisés au regard des résultats atteints.

Un intérêt sera porté aux causes et conséquences des déficits de mobilisation des ressources internes et externes au regard des résultats quantitatifs et qualitatifs du projet.

Durabilité/ Viabilité

Il s’agit d’analyser les effets du projet et ses chances de perdurer lorsque l’aide extérieure aura pris fin. A cet effet, plusieurs points pourront être questionnés :

  • Les partenaires opérationnels se sont-ils appropriés les méthodes et les contenus des formations lors de l’incubation créés dans le cadre de l’OS1 ? Comment les ont-ils adaptés ?
  • L’accompagnement des bénéficiaires de l’action a-t-il eu des effets de long terme sur leur insertion socio-professionnelle et la réussite de leurs projets ?
  • Les partenaires locaux ont-ils tiré profit des activités du projet pour consolider leur offre d’accompagnement ainsi que leur modèle économique ?

Une attention sera portée à la possibilité de reproduire ou généraliser le programme à plus grande échelle.

Mesure de l’impact

Il s’agit de mesurer l’impact des actions menées au cours du projet Afrique PULSE, en prenant en compte les résultats de l’Activité correspondante au sein de l’Objectif Spécifique 3 du projet.

La qualité partenariale

Il s’agira d’évaluer la qualité des relations entre les partenaires du projet, ainsi que l’efficacité des actions transversales pilotées par GROUPE SOS Pulse.

Recommandations

Il est attendu aussi bien pour l’évaluation intermédiaire que pour l’évaluation finale que les recommandations portent sur les points suivants :

  • Les dispositifs mis en place pour soutenir les porteurs de projets et leur permettre d’acquérir de nouvelles compétences ;
  • L’évolution du rôle de chaque structure d’accompagnement au sein de son écosystème et la portée des activités de sensibilisation et de plaidoyer ;
  • La durabilité des actions entreprises, et la pertinence, à cet effet, des activités de l’OS3 ;
  • L’impact des activités transversales de renforcement de capacités mené par GROUPE SOS Pulse au profit des partenaires du Projet ;
  • Les dispositifs mis en place pour la prise en compte du genre au sein des activités du projet ;
  • La viabilité financière des activités ;
  • Les perspectives post-projet.

Ces recommandations doivent permettre à GROUPE SOS Pulse, mais aussi à ses partenaires de consolider leur proposition de valeur tout en menant à bien les activités prévues dans le cadre du projet. Elles doivent être « générales », mais aussi adaptées au contexte de chaque pays d’intervention (Maroc, Tunisie, Afrique du Sud).

2. Méthodologie

En préambule, l’évaluateur sera invité à tenir compte des changements effectués entre la Phase 1 du projet (« LAB’ESS Afrique ») et la Phase 2 actuelle (« Afrique PULSE »), et de la prise en compte des recommandations issues du rapport d’évaluation finale externe produit à la fin de la Phase 1. En d’autres termes, l’évaluation sera amené à évaluer la courbe de progression du projet et des partenaires entre 2017 et 2022.

Pour la mission d’évaluation intermédiaire

Le nombre de jours est donné à titre indicatif. Le consultant est invité à prendre en compte les risques liés à la situation sanitaire dans sa proposition.

Travail en France : 3 jours x 1 consultant

  • Revue documentaire : Prise de connaissance des principaux documents existants sur ce projet dans les locaux de GROUPE SOS Pulse (rapports mensuels, annuels, rapport d’exécution intermédiaire multi-pays, etc…).
  • Discussions, échanges avec les responsables du projet à Paris (GROUPE SOS Pulse) ; **
  • Production d’une note de démarrage : la revue documentaire et l’ensemble des interviews à Paris feront l’objet d’une note d’étape qui reprendra les questionnements et hypothèses que les évaluateurs iront traiter sur le terrain.
  • Réunion de cadrage à Paris (ou à distance) : qui permettra de discuter la note de démarrage.

    **

Travail de terrain : 7 jours x 2 consultants

  • Entretiens (à distance) avec les partenaires opérationnels du projet :
  • En Tunisie (en priorité) :
  • Rachid Adibi, Directeur Général du Lab’ess et son équipe
  • Au Maroc
  • Wafaa Naim El Idrissi, Directrice Générale de Bidaya et son équipe
  • En Afrique du Sud
  • Louis Prevost, Responsable d’Oribi Village et son équipe.
  • Revue documentaire (consultation de la documentation disponible)
  • Analyse des données et rédaction du rapport provisoire.

Restitution : 1 jour x 2 consultants

  • 0,5 jour pour la restitution (présentation orale) du rapport provisoire auprès de GROUPE SOS Pulse et de ses partenaires ;
  • 0,5 jour pour la rédaction du rapport final après intégration éventuelle des commentaires.

Pour la mission d’évaluation finale

Travail en France : 1,5 jour x 1 consultant

  • Mise à jour de la revue documentaire ;
  • Discussions, échanges avec les responsables du projet à Paris (GROUPE SOS Pulse) ;
  • Production d’une note de démarrage ;
  • Réunion de cadrage à Paris ; qui permettra de discuter la note de démarrage avant le départ sur le terrain d’évaluation.

Travail de terrain : 12 jours x 2 consultants

  • Entretiens (sur place) avec les partenaires opérationnels du projet :
  • En Tunisie (en priorité) :
  • Rachid Adibi, Directeur Général du Lab’ess et son équipe
  • Au Maroc
  • Wafaa Naim El Idrissi, Directrice Générale de Bidaya et son équipe
  • En Afrique du Sud
  • Louis Prevost, Responsable d’Oribi Village et son équipe.
  • Revue documentaire (consultation de la documentation disponible)
  • Enquête auprès des bénéficiaires
  • Analyse des données et rédaction du rapport provisoire.

Restitution : 2 jours x 2 consultants :

  • 0,5 jour pour une restitution à chaud post-terrain ;
  • 0,5 jour pour la restitution (présentation orale) du rapport provisoire à Paris (GROUPE SOS Pulse et AFD) ;
  • 1 jour pour la rédaction du rapport final après intégration éventuelle des commentaires.

Les résultats et les recommandations de l’évaluation finale seront rendus publics et seront transmis à l’AFD, bailleur de fonds de ce projet.

3. Modalités de l’évaluation

Moyens Humains

L’équipe sera composée de deux (2) experts, dont l’un au moins à dimension internationale, couvrant à eux deux les compétences suivantes :

  • Bilingue français / arabe / anglais ;
  • Expertise des techniques d’évaluation ;
  • Le binôme doit avoir déjà travaillé en équipe plusieurs fois ;
  • Connaissance des problématiques et des principaux acteurs de l’entrepreneuriat social en Afrique et notamment en termes de renforcement des capacités des OSC et d’incubation des entreprises sociales : spécificités, structuration, bailleurs (règlementation, environnement macro-économique, enjeux et défis du secteur et des réseaux régionaux en Afrique, stratégie et priorités des bailleurs) ;
  • Très bonne connaissance des pays concernés par l’évaluation.

Moyens Financiers

**

L’enveloppe financière pour la réalisation de cette évaluation est estimée à un maximum de 35 000 € TTC (trentecinq mille euros). Ce montant couvre tous les frais liés à l’évaluation, aux transports sur place et internationaux, per-diem, etc.

Les propositions méthodologiques devront être présentées (selon le canevas en Annexe) et comprendre un budget prévisionnel détaillé (conforme au modèle présenté en Annexe) compris dans cette enveloppe.

Calendrier de l’évaluation

La mission d’évaluation intermédiaire se déroulera avant la fin de la tranche 1 du projet (30/06/2021).

La mission d’évaluation finale se déroulera avant la fin du projet (31/12/2022).

Produits attendus

Il sera demandé à l’équipe d’évaluation de fournir :

  • Une note de démarrage (en version électronique sous format Word), en français et en anglais, présentée avant le démarrage de l’évaluation intermédiaire. Elle présentera également le planning prévisionnel des entretiens prévus ainsi que la méthodologie employée.
  • Un rapport provisoire (draft) en français, concluant l’évaluation, sera remis avant la restitution de l’évaluation intermédiaire (en version électronique sous format Word) dans un délai raisonnable permettant la prise de connaissance de l’ensemble des documents par les parties prenantes.
  • Un rapport définitif intégrant les remarques émises lors de la réunion de restitution de l’évaluation intermédiaire sera produit et envoyé en version électronique.

Ces livrables seront également demandés dans le cadre de l’évaluation finale.

Les rapports provisoires et finaux seront constitués de la même manière et comprendront :

  1. un rapport principal avec :
  2. Un rappel rapide de la méthodologie employée ;
  3. Les observations et résultats de l’évaluation, selon les termes définis plus haut ;
  4. L’analyse de l’impact et de la perception par les bénéficiaires, par les institutions et autres acteurs impliqués dans le secteur ;
  5. Des perspectives et conditions de pérennisation du projet ;
  6. Des recommandations concrètes (liées aux observations et résultats de l’évaluation) et constructives à destination de chacun des partenaires du projet.
  7. une synthèse en français et en anglais – résumé exécutif (3 pages maximum) reprenant, après une présentation générale rapide, les principales conclusions et recommandations.

Critères de sélection de l’équipe d’évaluation :

L’équipe de consultants/évaluateurs est invitée, en prenant connaissance des présents termes de référence, à faire des propositions techniques et financières (selon les modèles annexés) pour la réalisation de l’évaluation.

La sélection s’effectuera sur la base des critères suivants :

  • Exposé de la problématique et compréhension du sujet ;
  • Démarche méthodologique proposée ;
  • Qualifications, expériences et compétences des experts ;
  • Expériences de la zone et de la problématique du projet à évaluer ;
  • Complémentarité de l’équipe proposée ;
  • Détail des prix et coûts des différentes prestations (devis à présenter conformément au modèle joint en Annexe) ;
  • Chronogramme de réalisation de l’ensemble des prestations ;
  • Prise en compte du risque lié au contexte sanitaire.

How to apply

La proposition technique et financière devra inclure une équipe de deux (2) évaluateurs. Les propositions comprenant un seul évaluateur ne seront pas étudiées.

La proposition devra tenir en 10 pages maximum.

Les propositions méthodologiques, techniques et financières (réponse aux présents Termes de Référence), accompagnées des CV des experts, devront être retournées au Groupe SOS Pulse au plus tard le 18/04/2021 sous format électronique uniquement à l’attention de :

Kelly ROBIN, Responsable Projets et Développement, kelly.robin@groupe-sos.org

La sélection s’effectuera au plus tard le 23 avril 2021.

Merci d’étudier également la proposition plus détaillée en pièce jointe de cette publication.

https://www.coordinationsud.org/?p=995190

Search Jobs By Country

List of Countries

ArabicChinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish